Orchidée et engrais - Partie I

 

L’orchidée est une magnifique plante et la variété de couleurs, de formes, de tailles proposée  ainsi que les différentes méthodes de culture en font un sujet fascinant.
Et alors que tout le monde pense qu’il s’agit là d’une plante bien difficile à cultiver, elle nous surprend souvent par sa grande capacité d’adaptation et une robustesse qu’elle dissimule gracieusement sous ses airs fragiles.


Il y a une bonne raison à cela…


L’orchidée est une force de la nature; elle qui peut pousser sur les arbres, s’efforçant à survivre dans un milieu pauvre en nutriments.

Pourtant force est de constater que cela ne l’empêche pas de former de somptueuses fleurs, de permettre à ses racines de se frayer un chemin et finalement de se tenir au rang des plus belles plantes que la terre aie portées.


La trouvez vous toujours aussi fragile?


Tout cela pour dire que le milieu dans lequel évolue la majorité des orchidées étant pauvre, les apports en engrais ne sont pas vitaux pour celles-ci et elles en supporteront très bien une dose réduite voire quasiment leur absence.


Mais il est vrai que c’est un PLUS si vous souhaitez avoir une plante vigoureuse et florifère.


Cependant le dosage ne sera pas à prendre à la légère et un surdosage sera vite arrivé.
Ce qui nous amène aux points suivants :


A quelles dose et fréquence fertiliser mon orchidée?


Espacer les apports d’engrais entre les arrosages est très important. Cela permettra au substrat mais surtout aux racines de se débarrasser des résidus de minéraux déposés au cours des précédentes fertilisations.


 Voici ce qui arrive lorsque l’on n’applique pas ce « rinçage » entre les apports d’engrais.

Dans le cas de ce phalaenopsis, il s’en est assez bien sorti et cela ne l’a pas empêché d’offrir une superbe floraison par la suite. Sur le long terme les dommages causés auraient pu être beaucoup plus graves et la plante aurait également pu en mourir.


Conséquence: Une plante aujourd’hui en bon état mais des feuilles marquées.


Pour ce qui est du dosage, il vous suffit de prendre connaissance des indications apportées sur votre bouteille d’engrais et d’en ajouter une dose inférieure à la dose préconisée. Vous serez alors certain(e) de ne pas faire d’erreur.


Souvenez vous un surdosage peut être très nuisible voire même fatal. Sous doser ne fera au contraire, aucun mal à votre orchidée qui de par sa nature est capable de retenir les nutriments qui lui sont apportés sur une période bien plus longue que la plupart des végétaux.
Pourquoi?


Encore une fois car celle-ci, perchée du haut de sa branche, a un accès très limité aux nutriments qui ne lui sont apportés que par les eaux de pluies et les oiseaux mais en très petites quantités. Elle a donc appris à ne pas consommer ces nutriments trop rapidement et à les retenir autant que possible.


Conclusion, le régime idéal pour votre orchidée :

2 arrosages pour 1 apport d’engrais inférieur à la dose préconisée.

Un autre élément qui a également son importance : la régularité. Cela permettra à l’orchidée de ne pas voir sa croissance interrompue et l’empêchera de puiser dans ses forces.

Je m’explique…


La meilleure période pour commencer l’engraissage de son orchidée est lorsque celle ci entre dans sa phase de croissance, c’est à dire lorsque les premières pousses montrent le bout de leur nez.

Cela permettra alors à la plante de ne pas trop puiser dans ses forces et de la soutenir dans son effort.

Lui apporter un apport sur une base régulière l’aidera ainsi à se développer plus rapidement et ne la fragilisera pas. A l’inverse si la plante prend de l’élan grâce à vos apports en engrais et que ceux-ci s’arrêtent du jour au lendemain, il y a de fortes chances que cela casse le rythme qu’elle s’était donnée.

Les conséquences pourraient être des racines qui stoppent leur développement, des boutons qui avortent, des hampes peu florifères ou encore même l’absence de hampe.

 

Quand fertiliser mon orchidée?


1. Ne pas fertiliser votre plante si elle est dans un état critique. Non seulement cela ne la sauvera pas mais en plus il y a de fortes chances que vous lui apportiez le coup de grâce.

2. La meilleure période de l’année pour fertiliser votre orchidée est au printemps, lorsque celle-ci montre les premiers signes de vie (production de racines, de feuilles ou d’une nouvelle hampe florale).
Il serait alors intéressant de commencer l’engraissage avec une composition NPK renforcée en Azote (N pour « Nitrogen » en anglais) ce qui renforcera son système immunitaire pour le printemps à venir et favorisera sa croissance et le développement des parties aériennes, les feuilles.

La composition NPK et le choix de l’engrais seront le sujet du prochain billet, vous en saurez donc un peu plus très prochainement.

3. Une dernière chose, il est important de respecter le cycle de croissance et la période de repos de votre orchidée. Il ne faudra donc pas fertiliser lorsque celle-ci sera entrée dans sa période de repos végétatif, généralement en hiver.

 


Comment fertiliser mon orchidée?


Dans un premier, il est très important de penser à arroser votre orchidée avant tout apport d'engrais.

Si cette étape n’était pas respectée, alors il y a de fortes chances que les racines se retrouvent brûlées. Ceci est d’autant plus valable pour les Phalaenopsis qui sont certes friands d’engrais, mais en faibles quantités.


Pour ce qui de la méthode d’engraissage tout dépendra du type d’engrais que vous utilisez.
Si vous choisissez les granules et les bâtonnets d’engrais, alors il vous suffira de suivre les indications sur l’emballage mais concrètement il s’agira de planter le bâtonnet et de saupoudrer le substrat avec les granules, rien de plus.

Si par contre vous choisissez l’engrais liquide, alors la méthode d’engraissage dépendra de la façon dont vous arrosez votre orchidée.

Si celle ci prend le bain, alors vous pouvez ajouter l’engrais à l’eau (une fois, bien sûr, que celle ci aura déjà bien bu). Si vous avez l’habitude de passez vos orchidées sous le robinet, il vous faudra alors certainement changer vos habitudes et passer au bain.

Vous pourriez tout aussi bien préparer un mélange dans un vaporisateur que vous réglerez sur « jet » et aspergerez le substrat directement, ce qui vous éviterait de déplacer vos plantes.


Voilà c’est à peu près tout pour la première partie de cet article consacré aux engrais.
Vous découvrirez, dans la deuxième partie comment choisir son engrais et je vous apporterai également des détails sur la composition NPK et sur chacun des éléments qui la composent.

Une dernière chose importante avant de vous laisser…
Je vous conseille de ne pas garder votre mélange d’engrais après utilisation, celui-ci étant instable.

Add comment


Security code
Refresh

Comments   

Olga RAMIRO
+1 # Olga RAMIRO 2014-09-18 14:45
Excellent article . Il n'y a rien à ajouter .
Reply | Reply with quote | Quote | Report to administrator
NE PARTEZ PAS LES
MAINS VIDES ! Recevez
gratuitement :

  • Le guide "Les 7 éléments fondamentaux pour réussir à cultiver son orchidée en intérieur."






Je hais les spams autant que vous: votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez des articles, vidéos, offres commerciales, podcasts et autres conseils pour vous aider à prendre soin de vos orchidées et à vous imprégner de leur monde. Vous pouvez vous désabonner de cette liste à tout moment.

Qui suis-je?

Bienvenue sur The Orchid Telegraph !

Je m'appelle Alexandra Sarah et je partage ici ma passion pour les orchidées qui est née il y a à peu près deux ans déjà. Sur ce blog, je partagerai mon expérience, mes coups de coeur ainsi que mes échecs et apporterai toutes les informations nécessaires pour que vous puissiez profiter pleinement de vos précieuses orchidées et que vous ne fassiez pas les mêmes erreurs que moi.

N'hésitez pas à laisser des commentaires sous les articles si vous avez la moindre question ou à me contacter sur la page Facebook de The Orchid Telegraph.

Et si vous avez un petit moment à m'accorder, je vous demanderais de prendre ces quelques secondes pour répondre au questionnaire ci-dessous, ce qui me permettra de toujours répondre au mieux à vos attentes.

Le questionnaire