Comprendre la classification et le système d'écriture des orchidées

 

Si vous prenez le temps de lire cet article, c’est que vous commencez déjà à être bien piqué(e) par le virus des orchidées. En effet, il ne s’agit pas ici de soins et d’entretien, mais plutôt de pénétrer dans leur monde et de commencer à les comprendre…

 

Vous passez de plus en plus de temps à naviguer sur le web en quête de photos, de petits conseils et cependant quelque chose vous empêche d’aller plus loin. La nomenclature! C’en est à se tirer les cheveux. Tous ces noms provenant du latin, tous ces « x » (qui par ailleurs ne sont jamais placés au même endroit)…

 

Essayons d’aller à l’essentiel…

 

A mes tout débuts, lorsque je faisais l’acquisition d’une petite chérie, je voulais absolument savoir quelle orchidée je possédais afin d’être capable de lui apporter les meilleurs soins possibles. Cependant je ne savais pas une chose. Les orchidées que j’achetais étaient TOUTES des orchidées hybrides. Et ce n’est que quelques semaines après avoir fait l’acquisition de mon premier Phalaenopsis, que je compris cela. 

 

Et l’orchidée BOTANIQUE fit son apparition dans ma vie et prit la forme d’un Phalaenopsis pulchra.

 

1. MAIS… Quelle est la différence entre une orchidée hybride et botanique?

 

Et bien la réponse est vraiment très simple…

 

Une orchidée botanique est tout simplement une orchidée qui n’a jamais subi de croisement et qu’il est possible de trouver dans la nature. L’homme se contente de la cultiver mais n’a jamais modifié aucune de ses caractéristiques.

 

A l’inverse, une orchidée hybride (celles que nous trouvons dans les grandes enseignes) est le fruit de croisements entre 2 ou plusieurs orchidées. Il s’agit d’une plante née de la main de l’homme et qu'il sera impossible de trouver à l’état sauvage.

 

Jusque là ça va. Et pourtant, pourtant…

 

…ce n’est pas fini. Une nouvelle information vient quelque peu compliquer la donne mais je vous assure rien de bien méchant. Avec l’intervention des insectes, la nature crée elle-même ses propres hybrides : Les hybrides naturels.

 

Par exemple le Phalaenopsis x intermedia qui est un croisement naturel entre le Phalaenopsis amabilis et le Phalaenopis rosea.

 

On récapitule :

 

2. La classification des espèces

 

Voici ce qui est communément appelé « la systématique ». No worries, vous ne rencontrerez pas forcément tous ces taxons en même temps, il est même carrément peu probable que cela arrive.

 

→ Famille (terminaisons en - aceae)  

  → Sous-famille (terminaisons en - oïdeae)  

    → Tribu (terminaisons en - eae)  

      → Sous-tribu (terminaisons en - inae)

        → Genre

          → Sous-genre

            → Section

              → Espèce

                → Sous-espèce

                  → Variété

                    → Forme 

Un petit exemple : Phalaenopsis cornu-cervi var. chattaladea 
 
Famille : Orchidaceae
Sous-famille : Vandoïdeae
Tribu : Vandeae
Sous-tribu : Sarcanthinae
Genre : Phalaenopsis
Espèce : Cornu-cervi
Variété : Chattaladea
 
 
 

 

3. Le sujet qui fâche : le système d’écriture des orchidées

 

Bien que ce sujet puisse parfois (souvent) paraître soporifique, il devient rapidement important d’en connaître les bases quand on commence un peu à s’intéresser aux orchidées. Encore une fois je vais essayer d’être concise et précise.

Mais commençons dans l’ordre avec …  

 

 

Dans notre cher jargon scientifique, une orchidée est composée de deux noms (tirés du latin, sinon ce ne serait pas drôle) :
Le genre + l’espèce. 

Alors que le nom du genre porte une majuscule, le nom de l’espèce, lui, n’en porte jamais

Pour terminer, la règle veut que tous les noms des taxons en latin soient écrits en italique, cela vaut, bien sûr, pour le genre et l’espèce.

 

Exemple : Phalaenopsis pulchra

 

Maintenant, si vous désirez apporter une précision, vous aurez besoin de connaître les abréviations suivantes (qui elles, ne s’écriront pas en italique) :

 

Vous êtes toujours avec moi??

Et maintenant…

 

 

Comme nous l’avons vu un peu plus haut, une orchidée hybride est un croisement entre deux ou plusieurs orchidées.

 Vous retrouverez alors deux types possibles d’hybrides :

 

          ♦ Les hybrides intergénériques (croisement entre deux genres).

           Exemple: Croisement du genre Phalaenopsis et du genre Doritis.

 

          ♦ Les hybrides interspécifiques (croisement de deux espèces du même genre).  

          Exemple : Croisement entre un Phalaenopsis amabilis et un Phalaenopsis pulchra.

 

Et voici le moment ou interviennent les fameux « x »…


 

J’y crois pas, vous êtes toujours là?????  oui, car c'est ça d'être piqué(e)...

 

La leçon n’est pas terminée, maintenant que vous êtes capable de coller de belles étiquettes à vos protégées botaniques et hybrides naturels, il vous faudra vous heurter  aux « hybrides Vacherotara » (Nom tiré de la célèbre famille d’orchidéïstes - Vacherot), c’est à dire à des orchidées ayant subi de multiples croisements :

Broughtonia x Cattleya x Epidendrum x Laelia x Sophronitis

 

Mais rassurez-vous, ce n’est pas du tout au menu pour aujourd’hui, le but de cet article étant de comprendre les bases de la nomenclature. Pour ma part, il y a longtemps que je ne cherche plus à remonter dans les origines de mes hybrides. Tout simplement parce qu’ils sont tous issus de la grande distribution et qu’ils ont dû subir un nombre incalculable de croisements. 

 Et si jamais, vous vous procurez un hybride chez un producteur, il vous apportera certainement les réponses à vos questions.

 

Je vous remercie vivement d’être arrivé(e) jusqu’à la fin de cet article, article que je vous invite à imprimer et à garder très précieusement de côté. Vous verrez comme il est aisé d’oublier ces précieux conseils…

 

Add comment


Security code
Refresh

Comments   

ten
0 # ten 2017-10-14 06:28
Incidentally I have been ordering and Cialis not for the first month.
Reply | Reply with quote | Quote | Report to administrator
NE PARTEZ PAS LES
MAINS VIDES ! Recevez
gratuitement :

  • Le guide "Les 7 éléments fondamentaux pour réussir à cultiver son orchidée en intérieur."






Je hais les spams autant que vous: votre adresse email ne sera jamais cédée ni revendue. En vous inscrivant ici, vous recevrez des articles, vidéos, offres commerciales, podcasts et autres conseils pour vous aider à prendre soin de vos orchidées et à vous imprégner de leur monde. Vous pouvez vous désabonner de cette liste à tout moment.

Qui suis-je?

Bienvenue sur The Orchid Telegraph !

Je m'appelle Alexandra Sarah et je partage ici ma passion pour les orchidées qui est née il y a à peu près deux ans déjà. Sur ce blog, je partagerai mon expérience, mes coups de coeur ainsi que mes échecs et apporterai toutes les informations nécessaires pour que vous puissiez profiter pleinement de vos précieuses orchidées et que vous ne fassiez pas les mêmes erreurs que moi.

N'hésitez pas à laisser des commentaires sous les articles si vous avez la moindre question ou à me contacter sur la page Facebook de The Orchid Telegraph.

Et si vous avez un petit moment à m'accorder, je vous demanderais de prendre ces quelques secondes pour répondre au questionnaire ci-dessous, ce qui me permettra de toujours répondre au mieux à vos attentes.

Le questionnaire